L’or, un investissement ?

Les conseillers financiers et courtier en métaux précieux parlent souvent d’investissement dans l’or. Il y a quelques jours de cela, lors du lancement d’une nouvelle pièce par un fabricant, c’était le terme utilisé, durant la présentation, devant des gestionnaires de fortune et autres distributeurs du métal précieux. Mon opinion est qu’il ne s’agit pas d’un investissement.

564px-scrooge_rafting

 A ce point, je vous propose les définitions suivantes :

  • Un investissement est l’immobilisation de capital produisant un rendement, plus simplement un actif qui me rapporte un gain régulier sans devoir vendre le capital immobilisé. On remet à plus tard la disponibilité du capital dont on dispose pour profiter des fruits de celui-ci ;
  • Une spéculation est une opération d’achat suivie d’une vente (ou l’inverse dans les prises de position short) dont le but est de faire une plus-value sur la différence. Il s’agit donc de vendre plus cher que le prix d’achat ;
  • L’épargne est l’accumulation de monnaie (ou devise, ou biens tangibles) dans l’optique de l’utiliser à d’autres fins (l’accumulation n’étant pas une fin en soi), par exemple l’achat de biens ou l’investissement. Il s’agit d’une réserve visant à avoir la liberté de manœuvre le moment venu. L’épargne doit garder sa valeur relative, ne pas s’éroder avec le temps.

L’or physique ne donnant pas de rendement, on peut d’emblée éliminer la notion d’investissement. On placerait même l’or à droite de l’état financier de Robert Kiyosaki, s’agissant d’une dépense (et non d’un revenu) puisque le fait de posséder de l’or me coute (les frais de stockage) au même titre qu’un bien immobilier que j’habite.

Explorons l’aspect spéculatif. On peut assister à une baisse du prix de l’or face à une devise, comme c’est le cas actuellement face au dollar US depuis 2011. C’est lorsque les agents économiques sont en confiance que cela se produit, le capital se déplaçant vers d’autres actifs (financiarisés) pour lesquels le risque de contrepartie existe. On accumulera du métal à ce moment, surtout lorsque le sentiment du marché est proche de l’anesthésie.

L’or est un bien qui n’est simultanément pas l’obligation d’une contrepartie (il n’y a pas de relation contractuelle envers un tiers), c’est pourquoi il est une protection contre la perte de confiance envers les différents agents économiques. Dans le cas de la perte de confiance de la population envers sa devise de référence, il agira comme une réserve de valeur et probablement plus, puisque dans ce type de crise, tous les intervenants dans l’économie se débarrassent de leur papier monnaie pour acquérir des biens tangibles, y compris de l’or. L’histoire nous montre que son prix atteint des sommets au paroxysme de la peur panique. Si l’on vend notre métal proche du plus haut, il s’agira d’une spéculation réussie.

Le métal jaune peut donc être le support d’une spéculation, toutefois uniquement en considérant que le cycle économique a une durée de l’ordre d’une quarantaine d’années et que la spéculation en question s’inscrit durant la dernière phase du dit cycle.

Si l’on regarde le pouvoir d’achat de l’or à long terme, celui-ci affiche une stabilité dans le maintien de valeur qui démontre qu’il s’agit d’une monnaie, qui plus est extrêmement robuste et durable (comme ses spécificités physiques, puisqu’il ne se dégrade pas). Le prix des biens de consommation de base en poids d’or varie peu à long terme. Bien entendu, il est immunisé contre les interventions des banques centrales et il n’est pas nécessaire de transformer son épargne accumulée en devise lorsque l’état a décidé, pour favoriser un artiste quelconque, de remplacer les anciens billets de banque par de nouvelles coupures rutilantes ! Il s’agit donc d’une assurance contre les décisions de politique monétaire. Ainsi, l’or est, pour la personne prudente accumulant du métal sans se soucier du prix, une épargne pour une durée plus longue que le cycle économique.

En conclusion, l’or est autant une spéculation qu’une épargne, à vous de choisir votre approche. Le sentiment actuel dans les marchés titre étant de l’ordre du calme avant la tempête, il semble pertinent de sur-pondérer le métal or dans son portefeuille, pour une probable perte à court terme, mais un gain spéculatif, voir le maintien de son pouvoir d’achat à long terme.

Vos remarques ou questions sont les bienvenues, merci d’utiliser le le formulaire de contact.