Débancarisation : Le Bitcoin, Uphold & e-coin

Après avoir exposé quelques pistes d’internationalisation financière dans cet article, je me suis intéressé aux possibilités de débancarisation en ligne faciles à mettre en œuvre.

199344

L’idée était d’identifier une solution, outre Bitgold (basé sur l’or), pour transférer facilement de la valeur, et la stocker de manière sécurisée. Il s’agissait surtout de trouver une possibilité d’épargner avec une réserve pleine, soit de sortir du système de réserve fractionnaire des banques, si possible en monnaies fiduciaires (pour moi le franc suisse) afin d’éliminer la volatilité des autres médiums.

C’est donc naturellement, pour ce qui est du transfert de valeur, que j’ai pensé au Bitcoin. Cette devise digitale, basée sur un système cryptographique à clé publique et privée, permet le transfert de richesse partout dans le monde, sans limite légale et à un coût dérisoire. En outre, le système étant totalement décentralisé, il n’est pas possible de le faire disparaître ou le couper sur décision judiciaire.

La première question dans mon esprit était : comment sécuriser une épargne en Bitcoin ? En d’autres termes, la monnaie étant uniquement virtuelle, comment éviter un vol par piratage informatique ? Voici la solution : le stockage à froid. Il s’agit de créer, sur un ordinateur qui n’est pas connecté au réseau internet, un portefeuille permettant l’envoi de Bitcoins, alors que sur l’ordinateur connecté on crée un clone qui ne peut que recevoir de la devise. Ainsi, lorsqu’on souhaite effectuer un virement, on devra confirmer l’opération par le portefeuille hors ligne (par l’intermédiaire d’une clé USB par exemple), sans quoi il est impossible d’effectuer celle-ci. Vous pouvez mettre en œuvre un tel système au moyen de l’application Electrum.

Après avoir résolu la première question, il a fallu trouver une solution pour éviter la volatilité du bitcoin face aux monnaies fiduciaires, avec une réserve complète, c’est-à-dire que la devise déposée est stockée à 100%. La solution en question existe et s’appelle Uphold. Cette entreprise start-up offre la possibilité de déposer des fonds et stocke physiquement la devise dans des coffres disséminés dans le monde. Il est possible d’effectuer des opérations de change sur la plateforme, à des coûts dérisoires. L’association des diamantaires belges d’Anvers a annoncé le 1er février 2016 qu’elle va utiliser Uphold pour transférer des devises et faire des opérations de change, ce qui donne une grande crédibilité à la start-up. Le Bitcoin fait partie des devises échangeables, nous avons donc une possibilité de le transformer en monnaie fiduciaire.

Finalement, pour assurer un accès facile à la valeur épargnée, j’ai cherché une solution de retrait et de paiement basée sur le bitcoin, qui permet de retirer de la devise ou payer par carte partout dans le monde. La carte de débit e-coin, basée sur le réseau Mastercard, permet ceci. Les frais sont également très faibles. Ainsi, la boucle est bouclée, puisque, par cette solution, on ne reste pas captif du monde virtuel.

La mise en place d’un tel système nous permet simultanément de nous débancariser, de nous internationaliser, d’épargner en monnaies fiduciaires ou en Bitcoin, mais également spéculer sur les devises avec une réserve complète. Quoi rêver de mieux ?

Vous retrouvez tous les liens d’intérêt sur cette page. Vos commentaires sont appréciés, utilisez le formulaire de contact ou la page Facebook.