Métaux précieux – restez forts

Après l’or, l’argent semble confirmer l’entrée des métaux précieux dans un marché haussier, le cours du métal gris ayant brisé la résistance des 18.60 $. Mes gains dans les minières sont actuellement de 54% (Agnico Eagle Mines), respectivement de 52% (First Majestic Silver). Il serait tentant de vendre nos positions pour consolider nos gains, toutefois je n’en ferai rien.

Or-fusionDans le contexte actuel post-Brexit de début de panique, les métaux précieux ont largement bénéficié d’un début de transfert de prospérité. Durant les dernières semaines, un expert en métaux précieux, Marin Katusa, a signalé que certains grands family offices (organisations gérant les fortunes de grandes familles) s’étaient adressés à lui afin d’établir des stratégies pour s’investir dans les actions de mines.

Cela signifie que la prise de conscience en est à ses débuts. Nous sommes passés du stade de la détestation des métaux précieux, « reliques barbares », à l’intérêt des plus grandes familles pour protéger leur patrimoine. Ceci marque le tournant d’un marché baissier à un marché haussier. Les intervenants principaux, fonds de placement, fonds de pension et grand public, n’ont toutefois pas encore identifié le potentiel.

Il n’est donc pas trop tard pour acheter de l’or ou de l’argent, nous ne sommes qu’aux prémices de l’explosion à la hausse de ces métaux. Le marché baissier dans l’or a duré de 2011 à 2016, ce qui laisse à penser que le marché haussier sera également d’une durée particulièrement longue. Pour ceux qui souhaitent accumuler des métaux physiques, il faudra attendre une correction baissière, probable d’ici la rentrée, pour pouvoir entrer en position. Ils peuvent également fixer un plan d’achat en plusieurs mois, et ainsi moyenner leur prix d’acquisition.

Concernant les minières, nous avons assisté à une phase spéculative sur le futur prix des métaux sous-jacents, qui a amené ces actions d’entreprises à des plus hauts, ceci très rapidement. En réalité, nous n’avons pas observé une véritable correction baissière, c’est pourquoi je suis en attente d’une telle correction. Si les marchés des indices paniquent et s’effondrent d’ici le mois de novembre, il est très probable que les actions minières soient également emportées dans un mouvement similaire, à contrario des métaux eux-mêmes, qui devraient en bénéficier.

Toutefois, pour ceux qui ont déjà accumulé des titres miniers, il s’agit de garder la tête froide, et par la même leur cap. A chaque augmentation de 100 $ par once d’or, ces entreprises doublent probablement leur bénéfice, ce qui induit également une future augmentation de dividendes. C’est pourquoi, lorsque les actions minières vont subir une vente massive, ce sera le moment des soldes. Pour les personnes qui souhaitent investir dans ce marché volatile, je vous incite fortement à vous offrir les services d’analystes spécialisés dans cette industrie, par le biais de lettres de recherche, pour identifier les bonnes entreprises. Vous trouvez ce type de services en Amérique du nord, les spécialistes étant souvent basés à Vancouver, au Canada.

Plus que jamais, soyons patients, et ne perdons pas de vue notre stratégie à long terme. Il serait dommage de ne pas bénéficier, pour cause de vente prématurée, de gains potentiels biens plus élevés que ceux déjà réalisés dans les mines. Accumulons également les métaux eux-mêmes, qui vont bien se comporter dans la phase de crise qui se profile à la rentrée 2016, et qui ne nécessitent pas une aussi grande étude que les actions minières.

Pour consulter ma stratégie générale et mon portefeuille de titres, rendez-vous sur la page portefeuille.

Pour accumuler de l’or physique, ouverture d’un compte Bitgold, ou Stockage en détention directe chez GoldBroker.

Pour visualiser l’interview de Marin Katusa (en anglais), rendez-vous sur la chaine Youtube de Contre-tendance (play list Investissement) que j’ai commencé à alimenter.

Si vous aimez, partagez au moyen des boutons ci-dessous !

9 réflexions au sujet de « Métaux précieux – restez forts »

    • Bonjour,

      J’entends à la fin de l’été, dès mi-août. C’est la période où les traders reprennent plus d’activité.

      Salutations de Genève.

  1. Bonjour Eric,

    Tout d’abord merci pour votre site d’une richesse et précision rare, pour vos informations pertinentes, et votre implication.

    Pourriez-vous m’indiquer un site internet où je puisse acheter des actions “de titres miniers” des USA ou autres pays, sans avoir des frais de change et des commissions exorbitantes.
    Cordialement

    Thierry

    • Bonjour Thierry,

      Merci à vous, de votre participation surtout.

      Dans quel pays êtes-vous, et qu’appelez-vous des commissions “exorbitantes” ?

      A titre d’exemple, de Suisse, je vais payer un commissionnement de l’ordre de 0.75% pour un titre américain, et 1.10% pour un titre canadien, en passant par une banque traditionnelle. Bien entendu, il y a des minimas, ce qui exclus les petites opérations (en dessous de 5’000 CHF).

      Je lance la question auprès des lecteurs qui utilisent des services de courtage dans le pays de résidence de Thierry.

      • Rebonjour,

        Tout d’abord je suis en France, en fait il s’agit
        des frais de change entre euros et dollars, y a t-il
        des sites internet de courtage où l’on puisse “gommer ses frais de change.”
        Pour ma part je suis chez bourse direct, pour acheter sur le marché americain je paye 8,50 euros de commission par operation, plus les frais liés au change euros/dollars;

        Merci par avance.
        Bonne journée

        Thierry

        • On trouve parfois des titres cotés sur différents marchés, et en monnaie locale, par exemple l’entreprise K+S AG, qui est cotée sur le Xetra Allemand, mais également sur le SIX suisse en CHF et sur le NYSE en dollar US.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *