Diversification politique et liberté

Nous évoluons dans un contexte où la liberté financière s’est amenuisée. Le gel ou la mise sous séquestre de votre patrimoine est possible relativement facilement, sur simple décision d’une autorité. Les contrôles de capitaux et les limitations de transactions en argent liquide amènent à une diversification de nos actifs dans différentes juridictions.

Dans le cadre de la lutte contre le blanchiment d’argent de la drogue et du financement du terrorisme, un certain nombre de pays ont introduit des législations permettant de geler ou de saisir des avoirs, financiers ou tangibles, sur simple présomption. Il suffit parfois d’une décision administrative pour bloquer une grande partie du fonctionnement d’une personne physique ou d’une entreprise.

Il est également possible, dans un contexte de conflit politique inter-états ou lorsque l’on assiste à un bank-run, que le système bancaire en entier soit bloqué. Souvenez-vous de l’Iran qui a été coupé du réseau interbancaire SWIFT de 2012 à 2015, ou du contrôle de capitaux introduit à Chypre en 2013 et la fermeture des banques durant plusieurs semaines.

Il peut aussi s’agir de l’application d’un droit contractuel (politique d’une entreprise privée qui garde vos avoirs) basé sur le droit national de l’entreprise en question. Par exemple, le blocage du compte Paypal de Egon Von Greyetz, initiateur du vote « sauvez l’or de la Suisse », en novembre 2014. Celui-ci recevait des dons de soutien pour la campagne et Paypal, ne tolérant pas des dons parvenant à une personne physique, a simplement coupé l’accès sans information préalable.

Tout ceci nous amène à nous diversifier politiquement et juridiquement, afin de limiter, voire empêcher l’emprise que des bureaucrates ou des autorités de poursuite pourraient avoir sur nous. Il est par exemple nécessaire d’avoir une commission rogatoire en main pour pouvoir faire geler des avoirs d’une personne dans un pays tiers.

Ainsi, nous chercherons des prestataires de services financiers ou de stockage (pour les biens tangibles) dans différents pays, de manière à limiter le risque de blocage. Les crypto-monnaies décentralisées, si on utilise un portefeuille sans tiers garant des fonds, ne peuvent pas être saisies. Voici quelques idées :

  • Achat de métaux précieux physiques et stockage dans une autre juridiction (GoldBroker à Malte, Bitgold au Canada) ;
  • Ouverture de compte bancaire offshore dans une banque à réserve élevée et bien connectée, dans un pays stable ; Pour les francophones : Canada, Suisse (devient compliqué), Luxembourg ; Pour les autres : Autriche, Iles Cook, Hong-Kong, Singapour, Emirats Arabes Unis ;
  • Réserve pleine au moyen d’Uphold, siège social en Caroline du Sud, Etats-Unis ;
  • Rentes viagères (assurances) dans les deux juridictions strictes par rapport à la solidité des assureurs, soit la Suisse et le Liechtenstein ;
  • Achat d’immobilier de rendement dans une autre juridiction ; attention aux taxes immobilières ;
  • Création d’une société (compagnie) offshore, afin de créer une entité juridique locale et ainsi être soumis à la juridiction locale. Cela permet aussi d’éviter les blocages dus à la nationalité ;
  • Blockchain wallet, portefeuille bitcoin sans tiers garant des fonds.

Il existe bien entendu de multiples autres possibilités, je suis donc intéressé par vos propres expériences, merci de m’informer des opportunités de diversification que vous avez testées avec succès.

La diversification politique est un outil complémentaire aux diversifications d’actifs (monnaies, métaux, immobilier), deviens de plus en plus simple à mettre en œuvre grâce aux outils de télécommunication actuels, et permet de se protéger de décisions arbitraires d’autorités locales. Même avec des moyens modestes, il est possible de s’internationaliser. N’hésitez pas, passez à l’action maintenant.

Si vous aimez, partagez au moyen des boutons ci-dessous ! Vos commentaires sont bienvenus.