Et maintenant ?

L’élection de Donal Trump à la présidence américaine ponctue la fin d’un cycle politique, puisqu’il s’agit d’une personne présentée comme non-politicienne qui est élue. Quels sont les éléments à surveiller ces prochains mois ?

poupees_russesJe suis curieux de voir comment la première rencontre entre le nouveau président américain, et le président russe, va s’organiser. Quels seront les messages précédents la rencontre en question, et surtout à quel endroit la réunion aura lieu ?

Après la nomination de Monsieur Trump, la première communication de Monsieur Poutine a été que le rapprochement entre les deux pays serait très difficile. Traduction : Il est fort à parier que Vladimir Poutine tentera d’imposer à Donald Trump une rencontre à Moscou, ce qui constituerait une manière de le soumettre (c’est toujours le vassal qui se déplace auprès du monarque).

Toutefois, je doute que Monsieur Trump accepte un tel fait. Il va donc s’agir d’organiser le sommet dans un lieu neutre. D’aucuns ont la Suisse, plus précisément Genève, en bouche. Je n’opte toutefois pas pour une solution si terne et sans brio.

Pour rappel, Donald Trump a communiqué durant sa campagne qu’il était prêt à accepter l’entrée de la Crimée dans la Fédération de Russie. En homme sensible, il est probable qu’il porte une attention toute particulière aux symboles. Afin de démontrer sa volonté d’ouverture et de pacification des relations avec la Russie, pourquoi ne pas organiser un sommet à Yalta, en Crimée ?

Les deux hommes sont certes des sociopathes, ils ne sont toutefois pas dénués d’humour. Se rencontrer dans ce lieu constituerait premièrement un énorme pied de nez à l’histoire, puisque la division de l’Europe, plus particulièrement de l’Allemagne après la seconde guerre mondiale, a été décidée à Yalta. Ce serait l’endroit parfait pour la réconciliation.

Une telle symbolique historique serait tout simplement stupéfiante !

Deuxièmement, il s’agirait d’une demi-génuflexion pour Monsieur Trump, qui se déplacerait physiquement dans la sphère d’influence russe, toutefois pas à Moscou. Cela constituerait un geste d’excuse et un pas apprécié, après le comportement belligérant des américains envers la Russie ces dernières années.

Enfin, cela serait une reconnaissance tacite de la Crimée comme territoire russe, ce qui va dans le sens d’un lâcher prise et d’une véritable volonté de détente des relations entre les deux superpuissances. Chacun chez soi et Dieu pour tous.

Il s’agit là de la plus grande hantise des spécialistes anglo-saxons des relations internationales, de la géopolitique et de la stratégie militaire. Après la théorie de Mackinder et du Heartland, qui a pour prémisse que celui qui contrôle l’Eurasie de l’ouest à l’est dirige le monde entier, il faut, dans leur esprit, isoler la Russie à tout prix afin d’éviter l’augmentation de son influence et de son contrôle sur l’Europe de l’Ouest et les pays du sud tels que l’Inde, le Pakistan, ou l’Iran. Le pouvoir doit absolument se maintenir ailleurs qu’en Russie.

Sans parler du passage stratégique des deux détroits, Bosphore et Dardanelles, considérés comme une position primordiale par les stratèges, puisque c’est la clé de projection de la marine Russe en méditerranée. Un déplacement du président américain en Crimée ne ferait que valider ladite projection en direction d’Istanbul. Un cauchemar pour les nostalgiques de l’Empire Ottoman. Pour rappel, les Sultans turcs raflaient des enfants chrétiens de Crimée pour en faire des Janissaires, soldats d’élite du Califat, pour ensuite les envoyer se battre contre leurs propres frères.

La conséquence d’une telle tentative de réconciliation entre les deux blocs amènerait à la phase politique suivante, c’est-à-dire l’assassinat du président américain, au sens propre ou figuré. Il s’agirait là d’un moyen radical pour empêcher le rapprochement des deux forces.

Les prochains mois vont être particulièrement intéressants, l’histoire se déroule devant nos yeux. Nous sommes à la croisée des chemins, la situation peut basculer d’un côté ou de l’autre. Nous vivons vraiment une époque formidable !

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *