Petit topo des taux

Cette semaine, nous assisterons probablement à une adaptation du taux d’intérêt directeur de la banque centrale américaine (Fed). Voici quelques idées dans ce contexte.

Historiquement, le taux directeur de la Fed est calqué sur le taux de l’obligation d’état américaine (Treasury Bill, ou T-Bill) à 3 mois. Il s’agit d’un indicateur important, et dans la situation actuelle, le marché fait consensus pour une augmentation de taux imminente. Le graphique ci-dessous représente l’évolution de ce taux durant les deux dernières années.

On constate que la T-Bill à 3 mois avait anticipé l’augmentation du taux de la Fed de décembre 2015 en cotant à 0.228% fin novembre. On constate également que le taux a à nouveau augmenté depuis septembre 2016 pour coter actuellement à 0.538%.

Simultanément, on observe une correction à la baisse de l’or papier. L’argument courant est d’affirmer que si les taux d’intérêts augmentent, l’or devient moins intéressant car il n’apporte pas de rendement, ce qui induit une baisse du cours du métal face au dollar US.

La réalité historique est différente, puisque le marché haussier de l’or des années 70 a été accompagné d’une augmentation des taux d’intérêt. A l’inverse, le marché haussier de l’or des années 2000 a été accompagné d’une baisse des taux. Il n’y a donc pas de corrélation entre les taux et le prix de l’or (cf. le tableau ci-dessous).

Il semble qu’après l’annonce du programme présidentiel de Donald Trump, incluant l’investissement de 1’000 milliards de dollars dans les infrastructures ainsi que la baisse des impôts sur le bénéfice, et l’augmentation simultanée des taux d’intérêt d’état américains, le financement des dépenses de l’administration américaine passe obligatoirement par une nouvelle phase d’achat des bons du trésor par la banque centrale.

Dans le cadre de ce programme, les entreprises américaines seront favorisées, c’est pourquoi nous assistons à un rallye de fin d’année dans le marché action (plus particulièrement les bancaires), car les intervenants anticipent de plus grands bénéfices pour les compagnies américaines.

Après l’augmentation du taux directeur de la Fed en décembre 2015, nous avons assisté à la fin du marché haussier dans les actions américaines dès le mois de janvier 2016. D’aucuns diraient que l’histoire se répétant, nous devrions voir un mouvement similaire dès le mois de janvier 2017. Je serai prudent car, comme argumenté ci-dessus, un nouveau programme d’assouplissement quantitatif semble inévitable après le serment de Monsieur Trump, ce qui ne manquera pas de créer des bulles encore plus grosses, dont celle des actions cotées.

Nous aurions donc à faire à un mouvement d’augmentation des taux, suivi par la planche à billets. Dans une logique de continuité, nous devrions voir la fin du programme de la banque centrale européenne, suivi de la continuation par le programme américain.

A long terme, les fondamentaux ne changent donc pas : si la masse monétaire n’augmente pas, nous allons assister à une crise dans les marchés action, avec pour conséquence un repli vers l’or ; si la masse monétaire augmente, le dollar va se dévaluer, avec pour conséquence une appréciation relative de l’or.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *