Entre deux tours – manœuvre stratégique de Marine Le Pen

La candidate à l’élection présidentielle française a annoncé cette semaine, conjointement avec Nicolas Dupont-Aignan, son intention de nommer celui-ci comme premier ministre si elle est élue.

Il s’agit d’un mouvement qui pourrait faire basculer l’élection.

Pour ceux qui cherchent du leadership politique, Marine Le Pen semble avoir trois longueurs d’avance sur Emmanuel Macron. Elle est prête à ruer dans les brancards, et n’a pas peur d’agir. Il s’agit toutefois d’un élément éliminatoire auprès des plus conservateurs.

C’est là qu’intervient Nicolas Dupont-Aignan, doté d’une relative sobriété et d’un ton mesuré qui pourra séduire les électeurs de la droite conservatrice. Il incarne la raison et la prise de recul nécessaire à compenser la fougue présumée de la candidate.

À eux deux, ils incarnent en outre une rupture avec la politique politicienne professionnelle (quand bien même ils en sont), une sorte de courant national de la dernière chance, avant l’effondrement de la construction européenne.

On observe en outre que les deux alliés se sont exprimés à travers periscope, média social qui permet la diffusion de vidéos en direct. Nous sommes donc en droite ligne de la tactique utilisée par Donald Trump afin d’avoir l’image d’un personnage proche du public et de la population, à contrario de ceux qui utilisent les médias dits “officiels” qui sont, dans le discours, dans les mains de “l’establishment”.

L’avalanche d’insultes obscènes à l’endroit de Dupont-Aignan ces derniers jours ne font que consolider sa position, et attirent au vote pour Le Pen un grand nombre de personnes qui rêvent d’un retour au calme et au respect. Ceux-là vont voter contre la gauche hystérique, contre le show-biz arrogant, contre la haine débridée.

Le débat entre Marine Le Pen et Emmanuel Macron de mercredi soir promet d’être riche en rebondissement, et sera, plus que jamais, déterminant pour le résultat de l’élection.

P.S. En ce premier jour de mai, bonne “fête du travail”, ayant à l’origine pour objectif la diminution du temps de travail à 8 heures par jour, soit 48 heures hebdomadaires (le dimanche étant le seul jour de repos), et ayant été décidée par la seconde internationale socialiste en 1889.

3 réflexions au sujet de « Entre deux tours – manœuvre stratégique de Marine Le Pen »

  1. Merci encore pour cette synthèse pertinente de la politique à la française .
    Je suis triste de voir notre pays avec ces arrogant- pattes qui restent toutefois pathétiques.
    À quand une France gouvernée par des vrais visionnaires pour le futur de notre jeunesse … pour nous hélas , il nous reste le vote de dimanche prochain…et l’espoir d’écarter le désespoir !

  2. C’est navrant de constater l’absence totale de respect entre les postulants.
    Ceci dit, le programme “Lepen” est moins dangereux pour la démocratie et les acquis sociaux que celui de “Macron”. Le fascisme dont on nous rebat les oreilles n’a JAMAIS été une menace en France et le racisme… il est intrinséque à tous les partis !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *