Liberté par les comptes bancaires sans frontière

Ces derniers mois, j’ai fait une expérience intéressante : j’ai fait face à la censure financière.

En effet, mon compte d’entreprise PayPal a été bloqué suite à une série de questions posées dans le cadre, semble-t-il, de la conformité concernant le blanchiment d’argent.

Au mois d’octobre 2017, PayPal m’a adressé une liste de questions concernant mon activité ainsi que les relations que j’entretiens avec mes partenaires d’affaires.

Après avoir répondu à une série de 6 questions, et après plusieurs semaines, j’ai reçu une nouvelle sollicitation demandant la précision d’un certain nombre de points. J’ai à nouveau répondu et fourni les informations demandées, qui étaient, à mon sens, relativement intrusives et de l’ordre de la paranoïa.

Ont suivi plusieurs semaines d’attente, 3 demandes écrites et 3 prises de contact téléphoniques. Enfin, j’ai appris, sans aucune surprise, que mon dossier n’avait pas été traité. Une sympathique personne a agi avec ferveur afin de débloquer la situation, ce qui a abouti à une nouvelle série de questions.

Voici la plus belle : “prière de transmettre des copies d’e-mail échangés avec vos partenaires d’affaires” (!).

Bien entendu, il n’est pas question que je fournisse une telle information. S’agissant d’une question de protection des données, une telle transmission me mettrait en conflit avec mes partenaires, et en situation de potentielle condamnation pénale.

J’ai ainsi décidé de me mettre en quête de nouvelles solutions de paiement (hors crypto-devises) permettant un encaissement bancaire à l’international.

C’est ainsi qu’à la suite d’une discussion avec un des membres de l’espace proactif (merci Séb), j’ai fait connaissance avec les comptes bancaires sans frontière.

Il s’agit de services proposant des comptes permettant des transferts bancaires dans d’autres pays que votre lieu de domicile. Le plus intéressant est que, sans résider ou posséder une entreprise dans une juridiction spécifique, il est possible d’avoir un compte local libellé à son nom ou à celui de son entreprise.

Par conséquent, il est possible d’effectuer des transactions bancaires locales. Pour ma part, étant résident suisse et ayant mon entreprise en Suisse, j’ai testé les services de TransferWise, et de Revolut (d’autres solutions s’offrent aux personnes et entreprises domiciliées dans l’Union Européenne, par exemple N26 ou Bunk).

Je suis donc maintenant titulaire d’un compte bancaire allemand libellé en Euro avec numéro IBAN (TransferWise), d’un compte britannique libellé en Euro (Revolut), et d’un compte américain libellé en Dollar US (TransferWise). J’ai également accès à d’autres comptes en devises diverses, toutefois pas libellés à mon nom mais permettant la réception de virements de tiers.

Le fait que les comptes aient comme bénéficiaire ma personne ou mon entreprise est un énorme avantage, s’agissant de lier ces services avec d’autres, tels qu’Uphold. Ce dernier service exige par exemple que le compte destinataire d’un virement ait le même bénéficiaire que ce qui figure dans leur base d’utilisateurs. En outre, si j’envoie des fonds, je suis l’expéditeur de ceux-ci, ce qui permet d’identifier la provenance simplement.

Bien entendu, les frais reliés à ces comptes sont ceux de la zone en question. Les comptes européens bénéficient de la vitesse et des avantages SEPA (sans frais, donc). D’autres avantages peuvent être liés à ce type de services, par exemple une carte de débit ou des taux de change inter-devises bien plus favorables que les taux bancaires ou PayPal (c’est le cas de TransferWise).

Cerise sur le gâteau, les procédures d’ouverture de comptes sont extrêmement simples et rapides si l’on compare à celles des banques traditionnelles (même les banques suisses). Il suffit d’une copie de pièce d’identité et d’un document certifiant le lieu de domicile, et le tour est joué ! Pas besoin de déplacement physique ou de certification conforme des documents.

Après l’ouverture, j’ai reçu plusieurs virements bancaires sur le compte allemand depuis d’autres services similaires et depuis des comptes bancaires, sans encombre. L’efficacité de ces services présage des difficultés importantes pour les banques traditionnelles.

Fort de cette expérience positive, je vais continuer de construire une diversification de compte et de moyens de paiement bancaires ou libellés en devise fiduciaire, en parallèle aux moyens de virement en crypto-devises. De manière assez ironique, les embûches et obstacles posés par les régulateurs locaux et l’OSCE amène l’accélération de l’abandon de la relation bancaire locale.

Si vous avez d’autres services que vous avez testés, ou que vous souhaitez partager vos expériences, n’hésitez pas à poster un commentaire ci-dessous. La communauté vous en sera reconnaissante. Tout moyen supplémentaire de se libérer de l’étranglement des régulations et des procédures de conformité, et permettant une diversification financière, sont de l’or en barre !

Au final, je dis merci à PayPal… et… au revoir !

18 réflexions au sujet de « Liberté par les comptes bancaires sans frontière »

  1. Bonjour

    Je me suis intéressé à ces banques suite à mon voyage au Canada ou ma banque traditionnelle m’a bloqué les transactions de paiement de mon séjour, et j’ai du les appeler plusieurs fois faire monter le plafond de ma carte bleue, et au final plus de 50 € de frais.
    Il y a quelques temps j’ai donc créé un compte chez n26, j’en revient pas, la carte bleue est valable 4 ans, les frais sont très peu élevés, et surtout c’est moi aui gère le plafond de mes cartes, et qui accepte ou refuse les paiements par internet.

    Fort de cette expérience je viens de créer un compte chez transferwise, que je n’ai pas encore pu tester, mais ça promet vraiment de belles choses.

    Merci pour vos articles

  2. Merci pour ces informations. La fermeture de comptes par PAYPAL n’est pas une nouveauté, par exemple si l’on fait un don à une association qui n’est pas approuvée par le courant dominant. Il serait intéressant de savoir si tous ces émetteurs de cartes de débit que vous avez récemment “découverts” ne se proposent pas, comme d’autres avant eux, de bloquer les cartes des personnes achetant des cyber-monnaies.

    • Oui en effet, je n’ai aucun doute quant au fait que la raison du blocage est mon implication dans le secteur des crypto-devises. Nous verrons quels services posent problème à l’avenir.

      • Éric, je ne serais pas si affirmatif sur la cause de ces tracasseries de PayPal. Je connais des personnes qui encaissaient régulièrement de petites sommes (comme E-Meute) et qui ont eu des soucis similaires.
        La solution est effectivement de se passer de leurs services.
        J’ai une carte Revolut et en suis très satisfait, et pour ceux qui voudraient
        s’initier aux cryptos, ils proposent l’achat/vente de Bitcoin, Ethereum, Litecoin.

  3. Bonjour Eric,

    Merci pour ces infos. En ce qui me concerne, pour mon dernier virement au Iles Caymans, je suis passé avec TransfertMate( merci Lionel mon comptable). Inscription très rapide, juste une pièce d’identité et personne très aimable qui vous aide pour le premier virement. Si vous êtes parrainé par un client TransfertMate, aucun frais pendant 3 mois. bon vent à tous.

  4. Bonjour,
    Pour une société située à Gibraltar je cherche une solution qui permettrait de faire des prélèvements sur les comptes de ses clients situés en Europe
    Parmi les solutions évoquées y en aurait il une qui le permette ?
    Merci d’avance pour vos réponses.

  5. Uphold est une merveille 🙂 mais en effet je vais prendre N26 et Revolut pour rapatrier mes fonds autrement que sur nos banques françaises…elles sont de plus en plus curieuses de nos faits…j’ai également à alimenter et rapatrier les fonds de comptes de trading, est-ce que cela va fonctionner ? ou bien avons nous la possibilité d’ouvrir des comptes en banque en tant que non-résident ? autre chose qui me paraît important ce sont les comptes multi-devises, y a t-il une solution en ligne en dehors de Uphold ?…

    • Il faut voir au cas par cas en fonction du lieu de résidence et du siège social du courtier en bourse. Pour les comptes multi-devises, TransferWise en propose de multiples.

  6. Ton article ERIC ne pouvait pas mieux tomber car, je me posais ces questions encore hier avec mes partenaires !.
    Je connais la plupart des banques sur le Web mais la question est plus subtile, car avoir un compte ou l’ on peut déposer c’ est bien; mais pour retirer directement d’ un DAB partout dans le monde, le choix se rétrécit…..
    Parmi les lecteurs est-ce que quelqu’ un a expérimenter des comptes personnels dans les banques du Sud Ouest Asiatique avec un service Francophone ? Si oui, quels sont les plafonds de DEPOT et de RETRAIT chaque mois au départ et après 3/6 mois ?
    Rentrer directement en contact avec moi par ma messagerie pour plus de détails.
    Il serait vraiment utile de faire un 2° article ERIC sur les expériences et conclusions de toi meme et des lecteurs de ton blog, disons dans 4 a 8 semaines ; qu’ en penses-tu ?

  7. Jai ouvert un compte N26 qui parait très bien fonctionner.
    Toutefois les clients Français se doivent de le déclarer au fisc pour faciliter les recherches de Tracfin.
    Qu’en est t’il pour les organes cités ?

    • Je ne suis pas compétent concernant les questions administratives et fiscales françaises. Quelqu’un as-t’il plus d’informations à ce propos ?

  8. Vous mentionnez OSCE: “De manière assez ironique, les embûches et obstacles posés par les régulateurs locaux et l’OSCE amène l’accélération de l’abandon de la relation bancaire locale.” Est-ce que vous pourriez preciser ce qu’ils font en particulier? Merci.

    • Hello,
      Je parle par exemple de la mise en place de processus de mise en conformité, de type identification de la provenance des fonds avec justification écrite. La régulation (et par extension la pratique) devient de plus en plus contraignate dans certains pays, donc d’autres munis d’une régulation plus souple prennent des parts de marché. Lorsque j’ai ouvert mon premier compte bancaire en Suisse il y a 30 ans, il suffisait de noter ses nom, prénom, date de naissance et adresse sur un bout de papier pour qu’on accepte ma souscription. Maintenant, je dois fournir une pièce d’identité certifiée conforme, je dois remplir des documents où je certifie de la provenance des fonds respectivement que je suis le propriétaire de ceux-ci. Il m’est maintenant bien plus simple d’ouvrir un compte de courtage aux Etats-Unis par exemple.
      Salutations.

  9. Oui il faut déclarer n26 et Revolut au fisc français, il y a un formulaire pour ça…comme pour tout :-)…car ce sont des banques. Sinon, Transferwise est peut etre différent, mais le fait de détenir un IBAN ? Pourrait peut-être requalifier ce service…enfin cela vaut la peine…sinon, seuls les véritables expatriés fiscaux seront libres à très court terme…et pire à condition de détenir un second passeport…

    • En effet il semble que ceux qui souhaitent échapper à un niveau d’imposition qu’ils considèrent comme trop élevé n’aient à l’avenir qu’un seul choix : se délocaliser en déplaçant la totalité de sa vie dans une juridiction avec un rapport impôts/prestations de l’état qui soit meilleur. Peut-être est-ce le moment de recréer des colonies francophones dans des pays accueillants et favorisant la créativité.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *